12 septembre 2007

Friches et Fantômes.












arles4arles3


Aller en Arles n'est pas aisé en terme ferroviaire... Minimum 2h40 de Lyon même par Avignon TGV (si vous y tenez absolument) mais franchement ça ne vaut pas le coup...

Autant se laisser bercer, le Corail ronronne, le TGV assomme c'est bien connu.

Du coup, étant donné ce relatif éloignement de la sphère influente & TGViste de Paris
et la proche Marseille qui ne fait pas trop dans l'introspection, il flotte dans cette urbs camarguaise une douce sympathie (ventée) qui fait du bien. Ici on discute avec des non-connus sur les terrasses
et un simple bonjour ne devient pas une affaire de domination ou de pseudo-sourire de bienvenue.

(voir les serveurs sur les terrasses en vue qui ont tellement peur qu'on les prenne pour des larbins qu'ils en sont insupportables ou les boulangères qui se prennent pour des vendeuses de la Place Vendôme, des bijoux pleins les doigts, la bouche écarlate à la Deneuve et parfois un parfum qui pourri l'odeur croustillante de leur boutique. A force de vouloir vendre des macarons au milieu des pains on en perd la notion de farine...)

Donc, c'est dommage pour vous lecteurs, mais  ¤Les Rencontres¤  version Photographie en Arles
se terminent le 16 juillet

arles2


Une partie des Rencontres se déroule dans les Ateliers de la Sncf, en friches désormais. Le fait d'associer une photo a priori statique & un lieu a priori abandonné peut paraître saugrenu mais c'est oublier l'humanité de la photo et la vie (ouvrière) qui perdure dans l'atelier abandonné.
Ces deux forces s'animent et agissent...et consolent notre incontrôlable chagrin né le jour où nous avons compris que les fantômes ça n'existe pas, ou alors pas beaucoup.
Du coup, on ne rase pas les grands ensembles industriels foutus de chez foutus et on prend des photos de photos d'artistes qui ont pris des photos de lieux ou de gens qui leur rappellent d'autres gens, d'autres lieux bientôt fantômes si ils ne les fixent pas sur papier.

arles0
oeuvre de JR-28MILLIMETRES
PORTRAIT D'UNE GENERATION-FACE2FACE
exposée sur le mur de l'Atelier des forges, portraits fragiles de papier voué à la disparition,
oeuvre éphémère face au vent qui soufflait depuis 15 jours sans cesse dans la ville.
Ce jour-là (l11 septembre 2007).

Vous pouvez voir ¤cette video¤ pour élargir le champs de l'oeuvre.

Et puis, si ça se trouve, un jour on surprendra un fantôme, une vérité vraie qu'on ne pourrait saisir qu'à travers  son objectif ou celui de l'autre.


arle8arle6arle6arle8

vues sur les photo de Bharat Sikka (Inde) et de Marilyn Minter (Etats-Unis).
(Photomontages by SofaMenthol)












Bientôt, ici, une séance-video poétique de l'Atelier de Maintenance

"La Danse De La Poussière Dorée"

arle9














Posté par sofaM à 11:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Friches et Fantômes.

    datte

    bon, elles se terminent le 16 septembre et pas juillet, les rencontres photographiques...

    Posté par lavomatic, 12 septembre 2007 à 16:58 | | Répondre
Nouveau commentaire